2 avril au 4 juin 2023
Exposition – Entre là
Fredi Casco et Fernando Allen, Alice Brygo, Marcos Àvila Forero, Esmeralda Da Costa, Maria Laet, Glenda León, Sujin Lim, Violaine Lochu et Sara Bichão, Nefeli Papadimouli, Abel Rojo et Edgar Ariel, Moussa Sarr, Samuel Suffren, Capucine Vever, Zohreh Zavareh

Commissaires : Madeleine Filippi et Claire Luna

Le projet d’exposition Entre là au Centre d’art contemporain Casa Conti – Ange Leccia (Corse) part d’une réflexion sur l’insularité pour s’intéresser surtout à l’espace entre – à ce qui peut faire archipel, ce qui fait lien ou pas. Que se passe-t-il entre deux îles ? Ici, l’île mue, elle est un corps, une unité. L ‘ambition de l’exposition s’affranchit du morceau de terre dans la mer, pour y voir la métaphore. Pourquoi vouloir quitter son île, et pour (re)trouver quoi, ou qui ? Quel horizon partage-t-on ? Cet espace entre nous, de quelle manière l’habite-t-on, par nos rêves, nos imaginaires, nos projections ? Si cet espace est celui de la traversée, de la transition, avec ce qu’elle charrie de beautés, de découvertes et d’obscurités, il est aussi celui du flottement. C’est le lieu de la liminalité, celui du trouble et de l’inconscient qui est toujours, ou souvent, convoqué dans l’espace de la relation, ne serait-ce que par l’objet ou le sujet que l’on veut atteindre. L’espace liminal est à la fois une zone de séparation et de contact. Cette ambiguïté essentielle apparait en filigrane dans la scénographie mouvante de l’exposition, offrant une expérience unique aux visiteurs.

Films et vidéos – L’exposition est composée exclusivement de vidéos et de films. Ils seront projetés ou visibles sur moniteurs télé, pourront prendre la forme d’installation, voire pour certain, d’une projection d’images mentales qui fonctionnera comme une pérégrination sonore.

Habiter la maison – Les curatrices ont souhaité habiter la maison, avec une scénographie qui présente des œuvres dans ses caves, à l’entrée, en haut dans le placard, au point de sortir des murs de la maison Ange Leccia, puisque à certaines heures, on pourra peut être voir apparaître une film sur la maison d’en face.

Une scénographie par vague – La scénographie est mouvante jusque dans son contenu : en effet, selon les heures de visite, le public découvrira un parcours de films/vidéos différent. L’expérience est unique, les programmations non fixes. Les plus rigoureux.ses pourront visionner en ligne sur le site de la Casa Conti les films/vidéos qui leur auront échappé le temps de l’exposition.

L’horizon est multiple – Les artistes viennent de Grèce, Paraguay, Brésil, Haïti, Iran, Corée, France – Corse, Sénégal, Australie, Colombie (œuvre réalisée entre la frontière algérienne et l’enclave espagnole de Melilla), Portugal et Cuba (les 2 artistes cubain.es vivent en Espagne comme beaucoup de Cubain.es. C’est aussi ça la Méditerranée : elle draine ses anciennes colonies. L’archipel est infini.).

à télécharger